Ecole Catholique en Nouvelle-Calédonie

Menu

Rencontre-formation avec des responsables de l’enseignement catholique en Nouvelle Calédonie

 Thème/contexte :  Les abus sexuels sur mineurs et personnes vulnérables au sein de l’Église catholique, sensibilisation- action-prévention

Date :11.06.2019. Heures : 9h-12h

Lieu : Salle des frères Maristes NOUMEA

La sensibilisation des chrétiens/chrétiennes concernant les abus sexuels, les abus de pouvoir, les abus de confiance et les abus de conscience commis par des responsables de l’Église sur des mineurs et sur des personnes vulnérables est faite au sein de l’Église catholique en Nouvelle Calédonie. Ceci est l’expression d’une prise de position contre ces abus au sein de l’Église et dans la société par son excellence Mgr Michel CALVET, les prêtres, les consacrés/es, les chrétiens/chrétiennes.  Cet engagement au côté des victimes est remarquable à travers la présence de la Commission de Recours créée en 2013 dans l’archidiocèse, sur l’exhortation des Papes Benoit XVI et François. Les Directives proposées pour traiter les cas d’abus sexuels par le CEPAC, les bulletins mensuels chrétiens de l’archidiocèse : « Église », sont tous des moyens pour soutenir cette sensibilisation. C’est aussi sur l’invitation des évêques du CEPAC Francophone que nous apportons notre modeste contribution pour continuer cette sensibilisation, réfléchir sur les outils d’action face à la souffrance des victimes et pour la prévention.

Soeur Mary LEMBO

Congrégation Sainte Catherine Collaboratrice au « Centre for Child Protection » (CCP)/ Université Pontificale Grégorienne, Rome- Italie

« La Lettre au Peuple de Dieu » du Pape François en 2018, invite toute personne chrétienne, toute l’Église comme un seul corps à compatir avec la souffrance des victimes, de leurs familles, à se convertir, à faire la vérité et à agir.

La rencontre-formation avec les responsables de la DEC (Direction de l’Éducation Catholique), des directeurs, des directrices des écoles catholiques est en vue de renforcer cette sensibilisation, d’échanger sur la réalité de ces responsables de l’éducation, de projeter la prévention. Les quelques thématiques abordées avec des directeurs, des directrices et des responsables de la DEC sont :

  1. a) l’abus de pouvoir, l’abus de confiance, l’abus sexuel et d’autres formes de violences sexuelles ou physiques (maltraitance, négligence) des enfants, mineurs et personnes vulnérables.
  2. b) la souffrance des victimes : les conséquences (physique, psychologique, relationnelle, spirituelle) de ces abus, qui doit être au centre de l’attention de toute l’Église de Jésus-Christ, de toute la société
  3. c) Quelques caractéristiques des personnes adultes qui abusent des mineurs/es ou des personnes vulnérables
  4. d) quelques orientations pour la prévention.

En dehors des abus sexuels commis au sein de l’Église par des prêtres, des consacrés/es, des personnes engagées dans l’Église, nous avons élargi les horizons aux abus commis dans les familles et dans la société.

Les directrices et les directeurs d’écoles sont en relation souvent ou quotidiennement avec les enfants, les jeunes, les enseignants, les parents. Cette formation pourrait leur servir pour continuer à sensibiliser, à éduquer des enfants, des jeunes et des parents en vue des attitudes adéquates vis-à-vis des abus et de la prévention. Les directeurs et les directrices ont déjà reçu des consignes claires de la DEC pour signaler les cas d’abus sur mineurs/es aux personnes professionnelles.

 L’école catholique doit continuer à être un environnement de l’éducation intégrale de la personne selon les valeurs chrétiennes. Elle doit rester un lieu sain et sûr pour le bien être, pour la croissance, pour l’épanouissement des personnes qui la fréquentent et y travaillent.

Nous avons travaillé dans une atmosphère d’écoute, d’échange et de participation.

Le défi reste de continuer :

  1. a) la sensibilisation, l’observation, l’écoute, la gestion au quotidien de la réalité qui se présente et la prévention à travers l’éducation
  2. b) à encourager l’effort, la responsabilité des directeurs et des directrices en leur donnant progressivement les informations concernant l’évolution du processus des cas signalés, en gardant le respect, la discrétion par rapport à la vie des victimes.
  3. c) à proposer des lignes de conduite claires pour soutenir et orienter les actions au quotidien
  4. d) à donner des informations et la formation régulières permettant la mise à jour des directeurs, des directrices, des enseignants, du personnel, des élèves, des parents

Nous exprimons notre gratitude à son excellence Mgr. Michel Marie CALVET, à Mme CAZEAU, Directrice de la DDEC, à ses collaborateurs, collaboratrices, aux directeurs, directrices, et à la rédaction, M. Eric BLANC.

Félicitations pour le travail sérieux qui se fait avec dévouement et courage pour la suite.