Lettre de rentrée à toute la communauté éducative œuvrant dans l’Enseignement Catholique

          Ce lundi 18 février 2019, ce sont 13 500 élèves qui feront leur rentrée dans nos écoles catholiques de la Nouvelle-Catholique au premier et second degré. Autour de ces enfants, c’est toute une  communauté   éducative  qui  se ·mobilise  pour  les  accompagner,   pour  les  outiller  à  grandir, à se construire et à se réaliser. Mettons notre année scolaire sous le regard de Dieu, en lui faisant confiance.

Cher(e) s collègues

           Je tiens à vous adresser mes plus vifs remerciements, à vous, chefs d’établissements, personnels enseignants, personnels éducatifs, personnels d’administration et de service, pour votre engagement au quotidien.

          La direction diocésaine reste à votre disposition pour vous aider à réaliser les projets qui vous tiennent à cœur. Permettez que je rappelle, toute la place que vous occupez dans  l’éducation et le devenir des jeunes de notre pays, ainsi que tout le respect et toute la considération qui s’attache à vos métiers.

J’aimerai insister sur le fait que nous devons annoncer clairement notre  Projet  Educatif  de l’Ecole catholique, nos projets d’établissements, insister sur l’accueil des familles, leur tendre la main pour qu’ils aient envie d’y venir, de s’y investir et de faire Alliance. Sainte-Thérèse de Lisieux nous invite à oser faire, de façon extraordinaire, les choses ordinaires.

Accompagner, c’est se rapprocher afin de partager le pain. Il s’agit du pain de la Confiance. Quand un jeune a confiance en son enseignant et quand celui-ci lui fait confiance, des initiatives peuvent naître et des capacités et des talents jusqu’alors ignorés peuvent émerger !

Victor Hugo disait : « Les maîtres d’écoles sont des jardiniers en intelligence humaine». Je crois qu’il serait plus juste d’étendre cette citation à vous cher(e)s collègues, car chacune et chacun contribuent à sa manière à construire l’avenir de nos élèves.

Chers parents, chères familles

          C’est le moment de préparer  le retour en classe. Nous avons hâte de vous retrouver, prêts à amorcer l’année avec une énergie renouvelée et à faire de l’année 2019 une année de succès . Je tiens à insister sur notre rôle éducatif partagé. La réussite de votre enfant repose assurément sur 3 piliers :

  • La qualité pédagogique ;
  • Le travail assidu de votre enfant ;
  • Le suivi régulier que vous assurerez à ses côtés.

Tout cela, chers parents, c’est aussi grâce à vous, à votre soutien et votre confiance. De tout cœur, nous vous remercions pour votre fidélité à l’Enseignement catholique.

Nous le savons, dès lors qu’il y a cohérence entre la famille et l’école, l’acte éducatif devient crédible aux yeux des enfants et des jeunes. L’Enseignement catholique pose comme principe que les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants et que l’école qu’ils ont choisie est la réponse à leurs aspirations en ce domaine. Cela suppose de votre part respect du projet éducatif et soutien aux membres des équipes qui le portent. La relation entre vous et l’école doit s’efforcer de se construire dans  la confiance,  l’écoute,  la  compréhension  et  l’aide  mutuelle  dans  une  recherche constante  du bien-être de votre enfant.

Cher (e)s élèves

          Votre école, collège ou lycée est un formidable lieu d’apprentissage du savoir et lieu d’apprentissage de la vie dans lequel chacune et chacun d’entre vous peut s’épanouir, en respectant l’autre dans sa diversité et en excluant toute forme de violence et discrimination. Je sais que vous saurez pleinement en profiter.

Je  vous  souhaite  d’être  surpris,  de  vous  laisser  surprendre,  d’être  curieux  et  d’avoir  soif d’apprendre. Soyez l’acteur de votre parcours scolaire pour engager votre parcours de vie.

La direction diocésaine souhaiterait apporter à présent, des précisions sur les points forts, les orientations pour cette année qui s’annonce sous le thème pastoral : « Rendons grâce au Seigneur, éternel est son amour».

 

1- En terme de politique pédagogique et éducative :

          En ce qui concerne l’ECOLE primaire, nos résultats demeurent encore insuffisants sur la compétence 1, maîtrise de la langue et sur la compétence 3, les éléments mathématiques. C’est pourquoi,j’invite chacun d’entre vous à s’emparer de cette problématique au sein de vos équipes et lors des conseils de cycles. La nouvelle organisation de l’école primaire calédonienne sera une priorité courant 2019 pour une mise en œuvre officielle à la rentrée 2020.

Au regard de situations difficiles que nous vivons liées aux comportements de  nos élèves parfois même dangereux pour les autres voir pour eux-mêmes, il est de notre devoir d’être attentifs aux plus fragiles mais aussi à tous ceux à besoins éducatifs particuliers et à ceux  en situation de handicap. Soyons toutes et tous vigilants dans les réponses apportées.

           Sur le 2nd degré,  nous le savons tous,  le COLLÈGE  doit fa ire l’objet de toute  notre attention. La mise en place du cycle 3 qui intègrera la classe de 6ème nous incite à gommer les ruptures (physiques, pédagogiques et autres) qui existent entre l’école et le collège. Nous disposerons de l’outil qu’est le Conseil école-collège dont nous devons dès à présent nous emparer. Certains établissements le vivent  déjà, il est  important  que  nous  puissions  partager  sur  l’ensemble  de ces  pratiques.  Cette instance, véritable espace d’échanges des pratiques professionnelles  mais aussi de construction des progressions pédagogiques au service de la réussite de nos enfants. Il s’agit donc de faire vivre celle-ci.

          Concernant le LYCÉE, cette année encore, notre institution enregistre de bons résultats aux examens. Ces résultats satisfaisants nous concernent tous. Je ne saurai oublier le personnel administratif et de service qui travaille en coulisse mais dont le rôle est vital et je les salue chaleureusement. Une réforme du lycée est en cours, une rénovation de la voie professionnelle également. Nous devons nous en saisir au plus vite et aider nos jeune s à faire des choix éclairés . La réforme du lycée avancera si nous faisons preuve d’originalité.

Notre objectif est de garder tous les élèves et les conduire vers la réussite. Ce qui compte, c’est de trouver des pistes, des réponses qui fonctionnent et qui permettent à nos jeunes de suivre un parcours et d’en être acteur et auteur. En ce sens, rien ne doit être négligé.

Le 2nd degré est face à un défi majeur : le défi de l’ORIENTATION choisie et non  subie. L’enjeu est que l’élève ne soit plus orienté mais qu’il s’oriente. A nous éducateurs de donner  les outils à nos jeunes ! Le projet personnel et professionnel de l’élève doit dès le collège être une ligne d’action incontournable pour amener le jeune à choisir sa voie, mais surtout à ne jama is décrocher. Je salue d’ailleurs l’initiative du LP Cluny quant au pilotage et à l’organisation du premier salon des lycéens qui, se déroulera  courant juillet.

 

            Je reviens rapidement mais pas sans importance aux actions déclinées en 2013 à renforcer coûte que coûte dans nos structures car elles ne sont pas optionnelles et que j’y serai particulièrement vigilante dans leur mise en œuvre.

Je pense à nos cafés familles : nous devons poursuivre le déploiement de ces espaces, outil qui contribue à tisser des liens durables avec les familles.

Je pense au Conseil de la Jeunesse et à ses conseils restreints et toute la force de ce dispositif, véritable démarche éducative qui donne la parole aux jeunes.

Je pense à l’accueil dans nos résidences scolaires. Outil éducatif indéniable pour nos jeunes qui n’ont parfois pas choisi d’y être et d’y vivre. Nous devons leur proposer des activités, des temps d’intériorité et des temps d’orientation.

Je pense à la sécurité dans et aux abords de nos établissements. Le sujet de la sécurité trouve son prolongement dans celle du climat scolaire qui nécessite de la part de chacun de nous un diagnostic. Des projets éducatifs sont à développer autour de la question de l’estime de soi, de la lutte contre le harcèlement,contre toutes formes de discriminations …

               Je pense également à la poursuite de la formation des chefs détablissement , en collaboration avec l’École des Cadres Missionnés de Paris (ECM) rattachée au Secrétariat de l’Enseignement catholique de France ; formation continue dont nous pouvons être toutes et tous fiers. Elle se clôturera vers le mois d’août et je tiens encore à saluer l’ensemble des collègues stagiaires pour leur implication dans cette formation en plus de leur quotidien dans leurs établissements respectifs. Notons également que la formation des animateurs formateurs, personnels qui accompagnent les établissements sur le plan pédagogique, éducatif et pastoral, débute dès fin février pour une durée de deux ans toujours en collaboration avec I’ECM .

 

2 – Et notre caractère propre ?

          Je voudrai terminer en vous parlant de notre mission, baignée de notre Arche Nouvelle, celle de la pastorale de proposition. Il appartient à chaque établissement de repérer les besoins pour y répondre par des propositions diversifiées. En  effet,  comment  notre  Ecole  catholique  d’aujourd’hui  est-elle  appelée  à  diversifier  les propositions pastorales pour que chacun puisse cheminer dans l’itinéraire qui lui convient?

C’est :

  • Faire de notre École un lieu d’éducation animé par l’esprit évangélique,
  • Offrir à tous et à chacun la possibilité de découvrir le Christ (la catéchèse),
  • Offrir la possibilité de granqir dans la Foi comme la préparation aux sacrements,
  • Insérer notre École catholique et ses activités dans la vie de la paroisse ou de l’Église.

Notre École catholique est devant le défi du courage et de l’audace d’oser dire sa source et ce à l’intérieur même de ses murs…

            Je voudrai donc conclure ce mot en vous demandant de partager cette préoccupation majeure de l’exemplarité dans un domaine en particulier et elle s’adresse à l’ensemble de notre communauté éducative dont les familles en font partie.

Notre manière d’entrer en relation avec les autres. Cette manière d’entrer en relation et de  la vivre, dit ou ne dit pas, l’Evangile porte ou ne porte pas, témoignage. Soyons des chrétiens crédibles, des témoins du Christ dont émanent un véritable respect et une véritable écoute.

Je vous remercie de porter ensemble cette préoccupation, celle qui fait de nous bien plus que des gestionnaires, bien plus que des chefs d’établissement, bien plus que des professionnels de l’éducation, bien plus que des parents mais celui qui fait de nous des témoins irradiants du Seigneur au cœur de notre mission quotidienne.

Je vous souhaite une belle rentrée et une excellente année scolaire 2019.

Karen CAZEAU

Saint Jean Bosco, prêtre- Mémoire

 

Prêtre de Turin, Jean Bosco (1815-1888) a consacré sa vie à la jeunesse populaire de cette ville, mais son regard s’étendait bien au-delà du Piémont. C’est pourquoi il fonda la Congrégation des Salésiens et celle de Marie-Auxiliatrice , qui se mettaient au service des jeunes non seulement en Europe mais jusqu ‘à la lointaine Terre de Feu.

Office des lectures

Lettre de Saint Jean Bosco à ses confrères

Avant tout, si nous voulons nous montrer les amis du vrai bien de nos élèves et les amener à faire leur devoir, nous ne devons jamais oublier que nous représentons les parents de cette chère jeunesse qui fut toujours le tendre sujet de mes occupations , de mes études, de mon ministère sacerdotal, et de notre congrégation salésienne.

Que de fois, mes chers fils, dans ma longue carrière,j’ai dû me persuader de cette grande vérité : il est toujours plus facile à s’irriter que de patienter , de menacer un enfant, que de le persuader! Je dirai même qu’il est plus facile, pour notre impatience et pour notre orgueil , de châtier les récalcitrants que de les corriger, en les supportant avec fermeté et douceur.

Je vous recommande la charité que saint Paul employait envers les nouveaux convertis à la religion du Seigneur, et qui le faisait souvent pleurer et supplier quand il les voyait peu dociles et répondant mal à son zèle.

Écartez tout ce qui pourrait faire croire qu’on agit sous 1’effet de la passion. Il est difficile, quand on punit, de conserver le calme nécessaire pour qu’on ne s’imagine pas que nous agissons pour montrer notre autorité ou pour décharger notre emportement.

Considérons comme nos enfants ceux sur lesquels nous avons un pouvoir à exercer. Mettons-nous à leur service, comme Jésus qui est venu pour obéir, non pour commander. Redoutons ce qui pourrait nous donner l’air de vouloir dominer, et ne les dominons que pour mieux les servir.

C’est ainsi que Jésus se comportait avec ses Apôtres, en supportant leur ignorance, leur  rudesse et  même leur manqu e de foi. Il traitait les pécheurs avec gentillesse et familiarité, au point de su sciter chez les uns l’étonnement,  chez  d’autres  le  scandale,  et  chez  beaucoup  l’espoir d ‘obtenir le pard on de Dieu. C’est pourquoi il nous a dit d’apprendre de lui à être doux et humbles de cœur.

Puisqu ‘ils sont nos enfants, éloignons toute colère, quand nous devons corriger leurs manquement s, ou du moins modérons-la pour qu ‘elle semble tout à fait étouffée.

Pas d ‘agitation dans notre cœur, pas de mépris dans nos regards , pas d’injures sur nos lèvres. Ayons de la compassion pour le présent, de 1’espérance pour 1’avenir : alors vous serez de vrais pères , et vous accomplirez un véritable amendement.

Dans les cas très graves, il vaut mieux vous recommander à Dieu, lui adresser un acte d ‘humilité, que de vous laisser aller à un ouragan de paroles qui ne font que du mal à ceux qui les entendent, et d’autre part ne procurent aucun profit à ceux qui les méritent.

 

Gloire à Dieu qui donne avec générosité.

Dieu aime qui donne avec joie ; il a le pouvoir de vous combler. Celui qui fournit au laboureur la semence et le pain, vous donnera, a vous aussi, la semence abondance.

Votre générosité ne pourvoit pas seulement aux besoins de vos frères, elle est encore source d’action de grâce envers Dieu.

Dieu qui a suscité saint Jean Bosco pour donner à la jeunesse un maître et un père, inspire-nous le même amour qui nous fera chercher le salut de nos frères en ne servant que toi seul.